INTERIEUR DE L'EGLISE

L'INTERIEUR DE L'EGLISE

Extraits du Livre des 250 ans et photos de la Fabrique d'église

LE  CIBORIUM


C'est une construction, parfois un objet mobilier, destiné à protéger et à mettre en valeur le tabernacle.

4 colonnes au chapiteau doré soutiennent un dais en demi-sphère.

En 1921, l'ensemble a été restauré sous le pastorat du curé Louis François et financé par les dommages de guerre.

DELTA MYSTIQUE

 

Symbolise l'oeil de la Providence.

L'oeil est représenté, entouré de rayons de lumière projetés dans le ciel et perçant un nuage blanc dans lequel apparaissent des angelots.  L'oeil divin est placé dans un triangle qui représente la Sainte Trinité.  L'interprétation de ce symbole est la représentation de l'oeil de Dieu exercant sa surveillance sur l'humanité.  Deux têtes d'angelots en dessous du delta et de l'agneau complètent la réalisation.

AGNEAU DE L'APOCALYPSE


Symbole lié à "la vision des sept sceaux" de Jean l'Evangéliste dans le dernier livre de la Bible.

Comme le prophète Daniel, Jean avait la vision grandiose du ciel.  Il apercevait le trône de Dieu et Dieu lui-même, entouré de tous ses anges.  Dieu tenait en sa main un livre scellé, le livre des destinées du monde prêt à être révélé.  Mais personne, pas même les anges, n'étaient capables de l'ouvrir.  Seul l'Agneau immolé, qui est Jésus-Christ, se trouvait digne d'en briser les sept sceaux. (4,1 - 8,1 Apocalypse).

Sous l'agneau couché sur le livre des destinées du monde les sept sceaux sont ici représentés.

LES LAMPES ALLUMEES


St-Luc (12 - 35) : "Parce que la lumière est bonne et qu'elle a toujours l'avantage sur les ténèbres, Jésus nous encourage à garder nos lampes allumées".

Une lampe à huile est représentée de chaque côté, à l'extrémité des rayons  lumineux.


LE CHRIST EN CROIX

 

Retable de l'autel majeur.  Peinture à l'huile sur toile d'environ 310 x 240 cm.  L'auteur est inconnu.  Il n'y a pas de signature.  D'après l'Institut du Patrimoine Artistique (IRPA), il daterait duXIXe siècle et aurait été peint d'après un modèle plus ancien.  Il titre ce tableau du nom de "Christ en croix en paysage citadin".

Certains disent qu'il s'agit d'une représentation "janséniste" du Christ, car celui-ci n'a pas les bras latéralement en croix.

STATUE DE SAINT-ELEUTHERE


Cette statue de Saint Eleuthère est particulière car le personnage ne porte rien dans la main droite alors qu'habituellement il porte une cathédrale à cinq clochers.  Il a cependant ses attributs d'évêque.  De sa hauteur, il semble protéger les Blandinois.

L'AUTEL  LATERAL  NORD  :  NOTRE  DAME

Dimensions de la statue : hauteur 156 cm / largeur 54 cm.

L'AUTEL  LATERAL  DROIT  :  SAINT  PIERRE

L'église précédente était dédicacée à Saint Pierre et ce sans doute depuis le Vème siècle.

Blandain était un lieu de pélerinage en l'honneur de Saint Pierre dont la fête est le 29 juin. On l'invoque pour les fièvres de toute nature en souvenir de la guérison miraculeuse de sa belle-mère, atteinte de fièvre, par Jésus.

L'autel latéral droit lui est  consacré.  A l'origine il y avait 2 statues : une grande en plâtre située dans la niche et une plus petite était disposée aux pieds de l'autre sur le tabernacle.

On a préféré mettre en valeur la petite statue qui a une réelle valeur artistique et historique.

 

La statue a une hauteur de 90 cm.  D'origine, elle était en pierre monochrome.  Elle daterait d'entre 1590 et 1610.  Elle a été polychromée probablement pour son installation dans la nouvelle église, en 1760.  Elle provient de l'ancienne église.

Saint Pierre est majestueusement assis sur le trône pontifical.  Dans la main droite, il tient une grande clef, symbole de son autorité de pasteur de l'église, tandis que le livre ouvert sur son genou gauche et tenu par l'autre main du pontife, rappelle son pouvoir d'enseigner.

La tête  du saint, coiffé de la triple couronne, encadrée par des cheveux et une barbe vigoureuse a une expression sérieuse et même austère.


En 1975 la statue a été "faire un tour" à la cathédrale dans le cadre d'une exposition sur les saints populaires du Diocèse de Tournai.

Outre les statues de Saint Eleuthère, de Saint Pierre et de Notre Dame nous avons en notre église :


LA STATUE DE SAINT ANTOINE


"...vous qui trouvez tout dans les p'tits coins, les p'tits trous..."  On invoque entre autre Saint Antoine pour les pertes d'objets.  C'est à la statue qu'on déposait les objets oubliés dans l'église : gants, parapluies, chapeaux, missels, écharpes etc.   Saint Antoine de Padoue a vécu au XIIIème siècle.

La statue a été placée sur un socle scellé dans le mur dans l'allée de gauche.

Hauteur : 125 cm / Largeur :  50 cm

LA STATUE DE SAINT ELOI


Statue en bois de 138 cm de hauteur sur une largeur de 46 cm.  Saint Eloi, orfèvre des grands rois mérovingiens, devin évêque de Noyon-Tournai au VIIème siècle.

Il est le saint patron des orfèvres, batteurs d'or, doreurs sur cuivres, sonnetiers, taillandiers et serruriers, forgerons et maréchaux ferrants, les lormiers ou fabricants d'éperons, les selliers, les maquignons, les charretiers et les muletiers, les fermiers, laboureurs et valets de ferme.


Le curé Delmée a instauré une tradition en 1957 : la bénédiction des tracteurs.


"les fermiers de Blandain et d'Hertain sont invités, suite à la messe, à venir présenter leurs tracteurs pour les bénir.  Comme les travaux des champs ne seront pas encore terminés par suite du mauvais temps, qu'ils ne redoutent pas de venir même si leurs tracteurs ne sont pas parfaitement propres".

Extrait du bulletin paroissial n°46 (1962)

LES STATUES DANS L'EGLISE

LA STATUE DE SAINTE THERESE


Bénie le dimanche 8 novembre 1925, la statue est un don d'une famille de Blandain dont le curé de l'époque (Cuvelier) désirait taire l'identité.

Sainte Thérèse était fêtée le 3 octobre par une messe où on distribuait une rose artificielle à chaque participant.  Cette tradition a duré de 1925 à 1962.

Initialement, la statue était posée sur une sellette devant une tenture pourpre sous le troisième vitrail, nef de gauche. On l'a déplacée et fixée sur un socle sur le mur.  Elle a une hauteur de 150 cm sur 53 cm de largeur.


LE GOLGOTHA


Jésus est représenté entre les larrons LONGIN et STEPHANOTON.


Il s'agit d'une peinture à l'huile sur bois, en trois parties longitudinales d'une hauteur de 160 cm et d'une largeur totale de 147 cm.  L'artiste est inconnu : il n'y a pas de signature.  L'IRPA date le tableau entre 1576 et 1610.

C'est une oeuvre d'une véritable valeur artistique.


Le tableau était exposé en 13eme place dans l'ensemble du chemin de croix.  Celui-ci ayant été enlevé, on a placé le Golgotha sur le mur de la chaufferie, au dessus des fonts baptismaux.

Le Golgotha a ensuite été déplacé et installé derrière l'autel dans la chapelle  Saint-Eleuthère.

Celle-ci est actuellement en cours de rénovation.


Le Golgotha, après sa propre rénovation, devrait y retrouver sa place.


L'AUTEL


En 1972,  M. André Winance, architecte de la ville à cette époque, avait établit un cahier des charges pour l'édification d'un autel et d'un lutrin et divers petits aménagements.  Après soumission chez des menuisiers, ce projet fut abandonné.  Sans doute à cause de son coût.


Finalement, il fut décidé d'utiliser la cuve de la chaire de vérité (qui datait des environs de 1860) qui avait été carrément démontée.

LA STATUE DE SAINT JOSEPH


Cette statue porte une plaque en cuivre avec l'inscription "hommage de reconnaissance Me Henri TRUFFAUT Blandain 19 mars 1880".

Hauteur : 117 cm / Largeur : 38 cm



Madame Henri TRUFFAUT est née Hortense WATTINE à Roubaix le 20 septembre 1841.  Elle est décédée à Blandain le 24 juillet 1916.  Son marie était le président des oeuvres paroissiales, de l'Association du Saint-Sacrement, de la Dramatique et de la Chorale Saint-Eleuthère, de la Conférence de Saint-Vincent de Paul et Chevalier de l'ordre du Saint-Sépulchre.

LES FONTS BAPTISMAUX


Jusqu'en 1963 ils se trouvaient dans la chapelle Saint-Eleuthère.  Vu la réorganisation des baptêmes avec une assistance plus nombreuse, il est probable que ce soit le curé DELMEE qui les ait déplacés dans le porsche.  Vers 1967, ils ont été disposés face à la porte d'entrée du clocher, sur un pavement surélevé et clôturé par des morceaux de bancs de communion.

En 2011, après la restauration, ils ont été disposés dans l'allée de droite (dite de Saint-Pierre) entre les deux confessionnaux.

Ce sont les communiants de l'année 1963 qui ont payé le couvercle en cuivre, en remplacement du vieux couvercle en bois fermant le baptistère.  Il était de coutume que les communaient payaient un cadeau à Mr le Curé.

Cet ensemble en pierre se divise en trois parties facilement démontables et transportables.

Hauteur : 90 cm / Couvercle de 44 cm de diamètre


Apôtre et évangéliste, témoin de la transfiguration du Seigneur et de sa passion.  Il est le saint-patron des imprimeurs, libraires, papetiers, typographes et lavandières.


Il est représenté symboliquement et habituellement avec un aigle, car son évangile commence par le mystère céleste.


Il est fêté le 27 décembre.

Saint Marc


Un des premier convertis par l'apôtre Pierre.  Premier évêque d'Alexandrie.


Le lion est le symbole qui lui a été attribué car son évangile commence par la prédication de Saint Jean Baptiste dans le désert et que le lion est l'animal du désert.


Il est le saint-patron des notaires et des vitriers.


Il est fêté le 25 avril.

Le premier des 5 panneaux est celui de Saint Jean.



Le dernier des 5 panneaux est celui dit "du Bon Pasteur"


"Moi je suis le bon Pasteur.  Et je connais mes bregis"


c'est à dire je les aime


"et mes brebis me connaissent".


LA CRECHE


Elle aurait été réalisée et subsidiée par Mr Vincent MARQUETTE.


Le curé CARLIER a jugé qu'elle ne correspondait  plus aux besoins actuels.


  Les personnages ont été sauvegardés et, à la Noël, installés dans une nouvelle crêche symbolisée par un voile de teinte grenat.


Les panneaux anciens en bois peints représentants une église et des maisons orientales (voir photo ci-dessous datant de 2012) ont été récupérés et on servis d'ornements pour la Noël de 2017 à la chapelle Saint-François au Fourcroix.



Saint Luc


Médecin, il était le compagnon de l'apôtre Paul.


Il est représenté symboliquement avec un boeuf, signe de sacrifice car dans les premiers versets de son évangile il fait allusion à Zacharie (père de Jean Baptiste)  qui offre un sacrifice à Dieu.


Il est le saint-patron des peintres et des médecins.


Sa fêté est le 18 octobre.


Saint Matthieu


Il était collecteur d'impôts d'où sa représentation avec un livre en main.


Son évangile débute par la généalogie humaine de Jésus.  C'est pour cela qu'il est représenté avec un homme ailé que l'on pourrait confondre avec un ange.

Il est le saint-patron des banquiers, des agents des impôts, des douaniers français et des comptables.


On le fête le 21 septembre. 

LE CHEMIN DE CROIX

Le chemin de croix a été offert pour les 40 ans de prêtrise de l'abbé DEPESSEMIER.

Il est constitué de céramiques provenant de l'Abbaye St-Paul de Wisques (commune française du Pas de Calais).